Darktable 3.4

La nouvelle version de Darktable est sortie le 24 décembre, comme d’hab. Je lui avais un peu tourné le dos, n’arrivant plus a le comprendre totalement et préférant me consacrer davantage à Art et capture one, mais j’étais curieux de voir son évolution. Eh bien je n’ai pas été déçu ! Le soft a radicalement changé, c’est le moins que l’on puisse dire. Je ne sais pas si vous l’avez testé, j’étais curieux de voir vos retours.
On a quand même de la chance d’avoir dans le monde du libre des developeurs de talent, produisant des logiciels aussi différents dans leur approche que Art et dt.

1 J'aime

Je vais pas trop intervenir car chacun sait mon investissement pour darktable et effectivement l’évolution est impressionnante et pour ceux que ça dit : Luc Viatour fait un live : https://www.youtube.com/watch?v=oeNE-1I4KSM
Je ne force ni jamais forcé à utiliser darktable.

2 J'aime

Je viens de l’installer sur Mint19.3 à partir du paquet fourni par https://software.opensuse.org/package/darktable

Il est méconnaissable, avec ses nombreux modules dont la présence affichée dépend du flux de travail choisi, et regroupés en Techniques, Couleurs et Effets. Cela veut être une simplification, je présume.
Je retourne vite sur ART, pour lequel je regrette simplement que les masques ne soient pas disponibles pour toutes les fonctions.

D’accord avec toi en théorie. Mais en pratique, les modules locaux peuvent modifier à peu près n’importe quoi sur l’image, et je n’ai encore pas trouvé une limitation dans ce que je veux faire…
Aurais tu un exemple d’une application impossible à faire sur une de tes retouches ? (Défi pour trouver un moyen d’arriver avec les modules existants…!!!)

J’ai eu il y a déjà un moment uns discussion à ce sujet avec Alberto Griggio.
Sa réponse, appuyée par des exemples a été

  • que toutes les fonctions de retouche locales qui lui semblaient nécessaires étaient présentes
  • qu’il ne voulait pas ajouter de fonction inutile, qui complexifieraient le code et l’interface.

On peut effectivement localement changer la luminosité, la saturation, modifier la couleur, modifier le contraste, réduire le bruit, ajouter du contraste local, et amplifier la texture…
La “correction des couleurs” n’est pas facile à maitriser, surtout en mode RVB séparé (et je ne la maitrise pas) mais est surement très puissant (voir https://fr.qaz.wiki/wiki/ASC_CDL)

Donc si vous voyez des choses qui manquent vraiment, ça peut être proposé à Agriggio, mais il faut un bon argumentaire !

1 J'aime

Si l’on peut modifier n’importe quoi de manière locale (c’est la raison des masques, bien sûr), et que je me suis cru bloqué, c’est :
-1 que je ne me suis pas assez penché sur l’utilisation des 4 choix du Traitement local de ART
-2 que j’ai le réflexe darktablelien chevillé au corps, qui me fait rechercher sans réfléchir la possibilité de création de masque dans chaque module.

Donc, je vais approfondir ma connaissance limitée de ART

Toutefois, je trouve assez peu intuitive la façon de créer/manipuler des masques dans ART
Pour moi, rien ne vaut la fonction Zone Région de Lightzone, qui permet de dessiner des masques avec des courbes polygonales, spline ou Béziers. C’est enfantin et immédiatement visible.

peut être faire une demande à @agriggio ?

Je viens de compiler Lightzone que je ne connaissais pas (j’avais essayé il y a longtemps, mais ne fonctionnait pas sur ma Manjaro… là il marche sur mon arch !)
La fonction Zone région dont tu parles existe sur Art également, il s’agit du masque de zone. Tu peux créer des formes point par point (ctrl + clic) ou des formes courbe (ctrl+shift + clic) de la même manière que sur Lightzone (ou presque…) en tout cas avec un résultat similaire.
De même la sélection de couleurs dans lightzone est l’équivalent du masque de similarité de couleurs dans ART.
Le plus dans Lightzone sont les masques de fusion… mais je ne suis pas certain de l’utilité réelle des modes de fusions (dont les résultats doivent être possible d’une autre façon dans Art… À étudier…)
En revanche la gestion de la Ram de lightzone est catastrophique chez moi !!! (14go de pris pour une photo pendant le traitement !!!)
Mais à part l’interface un brin vieillissante (à mon gout) je reconnais l’efficacité et l’ergonomie indéniable du soft.

Ah : j’ignorais que l’on pouvais créer des masques de forme à la manière de Lightzone (ou de n’importe quel soft de dessin vectoriel, lorsque l’on dessine une forme quelconque). Il nous a montré ça, Carafife?

Les masques de fusion de Lightzone fonctionnent comme dans Gimp, avec des opérateurs tout à fait semblables. Pour moi, c’est d’un usage occasionnel.
L’empilement des opérations de Lightzone comme autant de calques dans Gimp, dont on peut changer l’ordre, l’opacité ou le mode de fusion est d’une facilité d’emploi incomparable tout comme les préréglages appelés Styles qui occupent la parte gauche de l’écran.
Quant à la gestion de la mémoire, je n’ai aucune idée de son efficacité ou non. Je suis incapable de mesurer la quantité utilisée.
Peut-être cela vient-il du fait que Lightzone est écrit en java?

Au fait : je n’ai pas réussi à le faire fonctionner sur Manjaro. Sur Mint, pas de problème

On est loin de ART ou de Darktable, avec cet échange, excuse-moi.

Oui certainement.

Utilisant une tablette graphique, j’avoue que pour ma part, le masque au pinceau a toute ma faveur par sa facilité d’utilisation. Dessiner avec un stylo directement sur sa photo pour déterminer les zones qu’on souhaite retoucher est plus qu’intuitif !
De même que le masque de similarité de couleur me sert pour choisir des zones très précises en fonction des tonalités, à la façon du zone-system d’Ansel Adams’ sur mes clichés N&B argentique. Ce qui permet de créer très facilement des masques de luminosité.

Mais tu as raison, on dévie du thème de ce fil !!!

Masque de similarité de couleur? Qu’est-ce? Où?

Le zone-system Ansel Adam est directement disponible dans Lightzone, et s’appelle ZoneMapper.
Hyper efficace pour modifier la luminosité en + ou en - d’une zone d’image, qu’elle soit en couleur ou en monochrome

Capture d’écran_2021-01-08_13-44-11

Le masque paramétrique de ART (au dessus du masque de similarité de couleurs), correspond plus à la fonctionnalité du zoneMapper de Lightzone…

D’accord. N’ayant pas utilisé les masques paramétriques, je n’avais pas vu ce Masque de Similarité de couleurs.
Mais quand même, cela ne ressemble pas à cette capture de LightZone, où déplacer le pointeur sur l’échelle de gris affiche immédiatement en jaune sur la vignette de l’image travaillée, les zones concernées par cette luminosité pointée.
Il suffit de déplacer la zone pointée vers le haut ou vers le bas pour augmenter ou diminuer la luminosité.

@jllailes je suis heureux de voir combien il est facile de discuter sur ce forum, même en étant hors sujet. Je ne recommencerai pas, promis :smiley:

je suis votre discutions qui est très intéressante et je pense ne pas être le seul

Bonsoir à tous,

C’est un formidable outil ce darktable, mais en aucun cas le prolongement de mon mulot, ou de ma main.
Ce logiciel est créé, non pas pour l’utilisateur, mais pour son développeur de talent, Il ne faut pas l’oublier. Tout en faisant un logiciel exceptionnel, les explications, le fonctionnement, les vidéos sont a l’image du développeur. Je ne critique surtout pas, je suis loin d’être capable de créer la moindre ligne de code…
Dans le monde du libre, c’est a vous de trouver le logiciel qui vous va le mieux, pour moi c’est ART, simple et clair dans son fonctionnement, ce dernier est bien le prolongement de mon mulot.

Belle soirée à tous et prenez soins de vous :slight_smile:

Après quelques essais de Lightzone, le Zone Mapper correspond plus à l’égaliseur tonal de ART (avec moins de subdivisions pour Art). Le zoneMapper agit sur toute l’image à partir d’une tonalité (tout comme l’égaliseur tonal). alors que le masque paramétrique’ comme son nom l’indique, est un masque ! il sert juste à définir les pixels sur lesquels les curseurs du module vont agir, et seulement ceux là.

@jllailes : non, non, ZoneMapper n’agit que sur la zone choisie en fonction de sa tonalité, à condition de bloquer les tonalités supérieures et inférieures en cliquant sur les barres de séparation dans l’échelle de gris.
Si l’on ne prend pas cette précaution, évidement, augmenter ou diminuer une tonalité, impacte obligatoirement celles qui sont supérieures ou inférieures.
L’avantage est surtout de montrer à quelle zone de l’image correspond telle ou telle tonalité lorsqu’on promène le pointeur sur l’échelle de gris.
Cela dit, Lightzone n’est pas la panacée, et il se trouve dans ART des modules bien plus subtils et puissants.

@atriaze
Darktable n’est pas le fruit d’un développeur loin s’en faut. Le dev dont tu parles, fait plus de com pour “son” module que les autres, il a rejoint le projet en cours de route. :wink:

1 J'aime

J’ai regardé par curiosité sur github. Il y a environ 25 personnes qui ont fait au moins 1 commit (modification) en 2019-2020.
C’est une troupe nombreuse pour s’occuper d’un gros logiciel. (DAM, beaucoup de fonctions, GUI, opencl…).

Pour ceux qu’une comparaison intéresse : darktable vs ART - Software - discuss.pixls.us

1 J'aime