Extraire un jpg d'un raw depuis ART

Vous voulez extraire un jpg d’un raw.
On utilise ici exiv2.
La première chose à savoir est de lister les jpg insérés dans le raw
Exécuter : exiv2 -p p
exiv2 numérote les différents jpg. Il faut choisir le jpg à extraire, en principe celui qui a la plus grande définition.

Il faut alors créer un fichier txt avec le contenu suivant

[ART UserCommand]
Label=Extract the JPG preview
Command=exiv2 -e p<numero du jpg>
NumArgs=1
Camera=<nom de la camera >
MatchCamera=true
FileType=raw

mettre ce fichier dans le sous répertoire usercommands du répertoire qui contient le fichier options.

La nouvelle commande apparait dans le menu contextuel du browser (click droit sur la miniature)

est le nom tel qu’il apparait dans ART

Vous pouvez créer un fichier de commande pour chaque boitier.

Bonjour,

Extraire un JPEG d’un RAW ?..

QUÉSAKO ?

A partir d’un RAW (qui est d’ailleurs fait pour ça), on peut exporter une photo (qu’on a préalablement traitée ou pas dans un logiciel comme ART) en JPEG (qualité 100 % si l’on veut), en TIFF ou dans d’autres formats.

Alors pourquoi vouloir “extraire” un JPEG d’un RAW ?..

J’exportais jusqu’ici en raw+ jpg de mon appareil photo.
Dans le lot de photos que je peux prendre, parmi celles que je vais garder, certaines sont d’une qualité suffisante en jpg (pour moi !) pour être gardée telles quelles.
D’autres vont nécessiter des traitements pour diverses raisons :

  • soit rattraper des défauts du jpg pour des photos que je veux sauver (hautes lumières, recadrage, corrections géométriques…),
  • soit qu’elles méritent un traitement soigné
    j’utilise alors ART pour traiter les raw.

Disons que dans le total de photos que je conserve, 15% à 30% sont des jpg qui sortent du boitier ; cela dépend du boitier. Les nouveaux boitiers arrivent à sortir des jpg tres corrects.
Quand j’utilisais RT, la proportion de JPG que je gardais était plus importante, car les traitements raw étaient plus longs.

Avec cette procédure, je ne sortirai plus que des raw du boitier. L’extraction du jpg est quasi instantanée.

Dans les NEF des boitiers Nikon, il y a inclus un jpg avec la définition max, mais une qualité jpg inférieure à ce qui peut sortir de ART, mais ce n’est pas un problème.

Généralement, les Jpeg inclus dans les RAw sont de qualité inférieure à ceux produits en utilisant RAW+JPeg.

Il y a 2 choses à regarder : la définition et la qualité jpg. Les NEF contiennent quelques jpg (le nombre dépend du boitier) dont un en pleine définition.
Évidemment, le codage jpg est de moindre qualité pour sauvegarder de la place. Mais pour ce que je fais des photos (des diaporamas), cela n’a pas vraiment d’impact sur la qualité finale.

Certaines marques comme Sony je crois, ne sortent que des jpg
avec une définition faible. Alors, extraire les jpg n’a pas d’intérêt.

Je viens de voir un .RW2 de mon Lumix Gx8 :


Effectivement, le 2ème JPeg a la définition de base de mon boîtier, mais certaiment avec une grosse compression par rapport à celle produite pas la sortie RAW+JPeg. Je ferai une comparaison.
Comme je n’ai jamais regardé s’il produisait plusieurs JPeg dans le RAW, j’ai dû extraire rarement que le 1er JPeg.

c’est sur. Tout dépend de ce que l’on veut faire. Si c’est pour faire une impression dans un format du genre A4, ça va pas le faire. Dans mon cas, photo insérée dans une vue de diapo, apres essai, ça ne me pose pas de probleme.

Je teste cette option, mais j’ai du mal à la mettre en œuvre sous linux.
Quel nom donnes tu au fichier txt ?
le répertoire usercomands n’existe pas dans mon dossier .config qui contient le fichier options, dois-je le créer ?
Merci de ton aide
SM

Un nom en rapport avec ce qui est fait par ex JPGfrom raw D5100.txt

Oui

Attention, le fichier jpg créé ne contient pas d’exif. On pourrait le faire en appelant un script écrit en Python ou bash qui en plus recopie les exif du raw vers le jpg. Mais je ne sais pas le faire pour l’instant.

Voir https://bitbucket.org/agriggio/art/wiki/Usercommands

Merci Edmond, ça fonctionne.
SM

Bonjour,
Pour apporter ma pierre à l’édifice, je suis sur Windows et je connais mal les lignes de commandes, aussi pour extraire un JPEG à partir d’un fichier RAW, j’utilise le logiciel IRFANVIEW (https://www.irfanview.com/) qui répond bien à mes besoins en la matière.
Si vous connaissez d’autres logiciels gratuit fonctionnant sur Windows et pas en ligne de commande, je veux bien les connaitre pour les tester.

Merci pour ces infos

J’ai également pris l’habitude d’enregistrer les prises de vue en double format RAW +JPEG et j’aimerais pouvoir les stocker sur moins de place lorsque je les sorts du boîtier.

Simplement j’ai l’impression que l’on est en train de faire “fausse route” en essayant maladroitement de reproduire ce que fait le boîtier.

Le RAW étant un fichier “brut” de capteur et le JPEG étant le résultat du traitement que fait le boitier (avec son électronique et son logiciel) l’on pourrait penser qu’il suffirait de connaître le profil de sortie utilisé de l’appareil pour retrouver le JPEG sauf qu’au final même si l’on à le profil l’on ne l’utilise pas avec l’électronique du boîtier et par conséquent l’on n’aura qu’un résultat approché (un rendu un simulation de film un HaldCLUT).

Bien évidemment cela peut suffire pour les besoin de l’utilisateur mais pas forcement pour celui qui voudrais retrouver le JPEG original de son boitier

Je serais curieux de savoir si mon raisonnement vous parait erroné ou pas (ce qui m’encouragerais à continuer de conserver mes deux versions (RAW et JPEG)

Il y a ExifTool , binaire exé pour Win10 et aussi MacOS.
Ici un tuto très complet en français qui fait le tour de l’appli, à voir avant installation si ça convient.

Il est clair qu’on fait totalement fausse route à chercher ou vouloir reproduire le jpeg boîtier… puisqu’il est déjà fait. Utiliser ART, ou n’importe quel autre appli du même style est une démarche différente qui consiste justement à ne pas être enfermé dans les choix du constructeur, fussent ils parfaits. Il n’y a pas une vérité dans ce domaine sauf à reproduire à l’exacte copie l’instant capturé à la prise de vue, sauf que c’est techniquement impossible même si quelques APN s’en approche.
Néanmoins je conçois parfaitement que certains veuillent garder une trace du jpeg boîtier.

Pour ne shooter qu’en RAW tout en gardant une trace du JPEG boîtier je ne vois que deux solutions.

  1. Le RAW intègre une version non compressée du développement boîtier, mais tous les constructeurs ne le font pas, ou pas forcement selon le mode d’enregistrement du RAW.
    Et donc chacun aura à contrôler ce point en fonction de son APN.
  2. Le constructeur propose une appli permettant de créer, refaire ou modifier un JPEG à partir d’un RAW enregistré sur un PC mais avec le processeur du boîtier et les réglages disponibles à partir de celui-ci. A ma connaissance seul Fujifilm le propose avec X Raw Studio (Win10 et MacOS).
1 « J'aime »

Je viens de faire un essai à partir de mon Fuji X-E4, APS-C de 26 megapixels
Les RAW sont à 6252 x 4164 pixels, je les enregistre en compressé sans perte.
Les JPEG boîtier “fine” sont à 6240 x 4160 mais le poids fichier fond d’environ 50 à 60% par la compression.
L’extraction du meilleur JPEG du RAW est à 4416 x 2944 et un poids fichier encore réduit, mais semble-t-il que par le redimensionnement cette fois.
En confrontant les deux JPEG cote à cote il faut que je pousse le zoom au-delà de 400% à 500% le preview2 pour commencer à visuellement voir une différence.
Forcément, hein, mais très suffisant.
Pour les coupeurs de pixel en quatre, achetez un Blad X2D, avec 100 megapixels vous n’aurez plus d’état d’âme pour vos JPEG compressés :joy:

Je reprends mon essai avec un .RW2 de mon Gx8 20 Mp :
.RW2 : 5200 × 3904 pixels 24225792 octets
.jpg (meilleur qualité) : 5186x3888 pixels 7951360 octets
1 JPeg : 160x20 pixels 6088 octets
2 JPeg : 1920x1440 pixels 605696 octets
Le 2ème JPeg embarqué est encore largement trop grand pour partager sur les réseaux sociaux ou je mets mes photos 1200x900 pixels 221514 pixels pour éviter le redimensionnement catastrophique de ces réseaux.

Oui, ART, voir plus haut.

On peut aussi se poser la question autrement.
Pourquoi alors les constructeurs s’acharnent à inclurent dans le RAW un JPEG plutôt de bonne facture, pas franchement accessible directement par l’utilisateur et non commenté dans le manuel d’utilisation de l’APN.
Je n’ai pas de réponse formelle mais je suppose que c’est pour permettre à ceux qui ne peuvent s’empêcher de voir immédiatement le résultat de leur œuvre de l’afficher au dos de l’APN et même à zoomer dedans (jusqu’à 300% sur un X-E4 !)

On a donc avec l’excellente astuce d’edmond_Gautier le beurre et l’argent beurre, un moyen simple et facile d’obtenir le JPEG boîtier exploitable pour un affichage écran même de très grande taille voire à destination du WEB et quant-il le mérite d’en enregistrer une version dans ses archives.
Et au passage gagner pas mal de place sur la carte d’enregistrement de l’APN ou le disque dur du PC.

Quant à ceux qui destinent leurs photos à du tirage papier très grand format ou de l’expo en salle, ils le savent qu’ils auront à post-traiter à partir du RAW.
J’ai l’impression que certains oublient dans cette affaire le gouffre existant des possibilités de retouche entre un RAW 14bits et un JPEG 8bits.

@ Gavot
A priori le script utilisateur d’edmond_Gautier ne fonctionne pas sous Windows utilisant exiftool pour extraire les métadonnées plutôt que exiv2 dans un environnement Linux.
Donc l’alternative est d’extraire le JPEG à partir d’une appli externe comme celle que je citais plus haut, mais mon lien ne pointait que vers l’utilitaire en console il faut ajouter l’interface graphique, et prendre pour ça ExiftoolGUI.

Avec la procedure que j’ai donnée, il faut bien sûr sous Linux avoir exiv2.exe accessible (dans le même chemin que la librairie libexiv2). remarque: je ne connais pas les noms exacts mais vous savez de quoi je parle.

Sous Windows, c’est plus simple. Dans mes distributions, exiv2.exe est inclus depuis la 1.17. Donc rien à faire, si ce n’est inclure le fichier .txt au bon endroit. Je rappelle qu’il faut faire un fichier pour chaque boitier, car le nombre de jpg inclus est variable et dépend du boitier.

Sous Linux exiv2 est une dépendance il sera donc installé quand bien même il y a déjà exiftool.
Sous Windows généralement le fichier d’installation embarque tous les composants nécessaires. En l’espèce ART m’a installé dans le répertoire de l’appli exiftool.exe, ce qui est aussi indiqué dans les paramètres de ART.
Pour Mac, je n’ai pas d’expérience.

Et sauf erreur de ma part tjr possible le script ne fonctionne qu’avec exiv2