Traitement portrait avec ART

bonjour a tous,

j’ai une question qui est plutôt sur le flux de travail avec ART qu’une réel question sur ART.

je passe doucement mais surement sur Art grâce au tuto de Carafife, et je l’en remercie.
concernant le traitement de portrait, il y a toute la partie retouche de peau, et une partie dodge and burn, c’est peut être réalisable directement avec ART, mais j’avoue ne pas avoir trouvé.

sinon j’ai trouvé tout un tas de tuto pour faire ses traitements avec Gimp, ce qui ne me choc pas puisque chez Adobe, il faut passer sous photoshop pour ses traitement.

la ma question, j’ai bien trouvé comment passer de ART a Gimp en cliquant sur l’icone “éditeur externe” la pas de problème ma photo passe de ART a Gimp, mais après ???

chez adobe, une fois les traitements fait sous photoshop en enregistrant la photo, on se retrouve dans ligthroom avec les modif faites sur Photoshop et on peu terminer son traitement et exporter sa photo.

mais la lorsque j’enregistre la photo sous gimp, elle est enregistré et c’est tout .
comment faut il procéder ? l’enregistrer dans un répertoire spécifique et ensuite on retourne sous ART, on va dans ce répertoire on ouvre la photo et on termine son traitement ?
et en quel format enregistrer en sortie de Gimp pour avoir la meilleur qualité si on souhaite refaire de traitement sous ART ?

oui y a t il une solution plus fluide que je n’aurait pas vue ?

pour info je suis sous linux manjaro, avec les dernière version de ART et Gimp.

je vous remercie pour vos réponses

Yann

Bonjour

Je ne saurais répondre en détail, mais je pense qu’il faut adopter quelques principes.

  • préliminaire : du point de vue du traitement, photoshop et lightroom peuvent être considérés comme identiques. les principes de traitement dans ART et GIMP sont très différents. ART est d’abord un processeur de photo RAW avec des possibilités de traitements. GIMP est un logiciel de traitement d’image travaillant au niveau du pixel, permettant aussi le dessin et la creation graphique.

  • tout d’abord, je crois qu’il faut faire le maximum de traitements dans ART, a partir du raw bien sur. Travaillant en 32 bits dans un espace de travail de couleur avec un très large gamut (prophot), c’est dans ART que tu auras le maximum de contrôle sur les couleurs, la balance des blancs, la récupération des hautes lumières, des basses lumieres, du débruitage… Les opérations avec masque sont aussi tres puissantes. Donc il faut obtenir en sortir de ART qqchose de satisfaisant, sans artefact, débruité, . une fois la photo sortie de ART, les possibilités d’améliorations sont limitées.

  • l’utilisation de GIMP s’envisage pour des effets principalement artistiques qui n’existent pas dans ART. Je pense à tous les traitements de Gmic.

  • pour obtenir le maximum, il faut envoyer la photo en TIFF, avec un espace de couleur de sortie suffisamment large.

  • J’utilise GIMP de temps en temps.(ex des retouches pour supprimer des détails gênants). j’utilise aussi xnview avec GMIC

  • Une fois que l’on a exporté une photo de GIMP, le produit est fini. Je ne pense pas que de revenir dans ART puisse apporter un bénéfice, mais je peux me tromper

donc

Raw → ART → photo Tiff → GIMP → image finalisée

L’image finalisée peut être un montage, un mix de dessin et photo, une interprétation artistique, une illustration…

Question: quels traitements envisages-tu de refaire dans ART sur une photo préalablement traitée dans GIMP?

1 « J'aime »

Salut @Yann310375 !
La réponse de @edmond_Gautier me semble tout à fait juste.
Le dodge & Burn est tout à fait gérable sous Art à l’aide du module de traitement local, qui est vraiment extrêmement puissant d’efficacité et de finesse.
Si tu disposes d’une tablette graphique, le travail du pinceau au stylet devient une évidente facilité pour maitrîser les zones à assombrir ou éclaircir de manière très fine… (même si ça peut se faire à la souris, mais de façon moins intuitive)

Le passage sous Gimp n’est à mon avis nécessaire que pour une transformation «artistique» de la photo ( en Tiff) avant impression papier (filtre gmic notamment).
Pour ma part, je transfère sous krita pour rajouter des dessins et transformer mes photos en «autre chose !!»
exemple ci-dessous

1 « J'aime »

Merci pour vos réponse.
Effectivement le duo ART /Gimp et différent a Lightroom /Photoshop.

Le dodge &burn sous art je vais me pencher dessus, et je n’ai pas de tablette mais j’y songe car le pinceau à la souris ce n’est vraiment pas évident.

Et pour répondre à la question je pensais à gimp pour le lissage de la peau, mais cela peu sûrement être réalisé aussi sous art ?

Pour le dodge &burn, j’utilise la souris et ça va tres bien. Il n’y a pas généralement besoin de suivre précisément les contours.

Pour le lissage, j’utilise

  • le retrait des taches pour les défauts localisés,
  • et le lissage avec habituellement un masque à la brosse. Il y a plusieurs modes de lissage.
    Après, si ce n’est pas satisfaisant, j’utilise GIMP. Mais ça m’évite de changer de logiciel dans la plupart des cas.

Pour le lissage de la peau la décomposition en ondelettes dans Gimp est faites pour ça et n’existe pas dans Art.

C’est vrai. Mais j’arrive assez souvent à des résultats satisfaisants avec ART avec guided filter. Ça fait un bout de temps que je n’ai pas vraiment pris de photo de personnes sauf mes petits enfants et là pas besoin de lissage.
Comme je le disais j’utilise GIMP quand je n’arrive pas à qqchose de correct ( trop lissé, rides qui disparaissent trop, aspect plastique…)

Dodge &burn, Vous trouvez cela sous quelle dénomination en version française ?

Dodge & Burn = éclaircir et assombrir ou harmonisation, ça existe déjà en tirage argentique ou l’on masquait avec les mains ou avec des masques en carton pendant l’expo du papier sous l’agrandisseur. C’est exactement pareil en numérique ou l’on éclaircit les ombres et assombrit les hautes lumières à l’aide de masques sur ces zones. Le premier outil dans ART, c’est l’Egaliseur Tonal.

A la suite de ce qu’écrit @jpg54

Quand je veux faire du dodge &burn ou éclaircir & assombrir sur des zones définies au pinceau (c’est une sorte de peinture au pinceau) j’utilise corrections des couleurs :

Je l’utilise pour les paysages pour amplifier le modelé (d’un ciel par ex), mettre en valeur une région ou un détail particulier, eclaircir une partie sans toucher à l’ensemble de l’image. L’effet est modulé par la dureté du coup de pinceau et pour l’ensemble du masque pr le dégradé, la transperence et le lissage.

2 « J'aime »

Merci de votre retour :couleur: :slightly_smiling_face:

Bonjour,
Pour le traitement de la peau, en général ART me suffit :

  • modules “lissage” (en mode guidé) et “contraste local” pour le lissage de la peau en gardant la texture
  • pour la sélection de la peau j’utilise le masque de similarité de couleur, et avec le masque paramétrique j’utilise le curseur “seuil du contraste” pour ajuster la sélection aux zones +/- lisses (permet d’éviter de lisser les plis naturels, les coins du nez, les lèvres, etc…)
  • éventuellement pour redonner du “pop” j’ajoute un peu de contraste avec "amplification de la texture sur les yeux, les lèvres, et les zones périphériques qui pourraient avoir été trop lissées

A noter que dans le module “contraste local”, le curseur “contraste résiduel” peut avoir un effet de “dodge & burn” quand on le pousse vers les valeurs positives.

Voici un avant/après:

2 « J'aime »

Merci a tous pour vos réponses et vos exemples,

en fait je me rends compte qu"ART permet vraiment de faire beaucoup de chose, ne reste plus qu’a pratiquer pour trouver les réglages appropriés et surtout me faire la main pour gagner en rapidité.

encore merci

2 « J'aime »