ART, Capture One et Darktable, mes 3 outils

Bonjour à tous !

J’avais dit dans mon message de présentation que je développerai ce point, voici donc un sujet sur ma façon de développer mes clichés, ce sujet est ouvert à vos commentaires et avis car il m’intéresse de vous lire :smiley: Les points forts et faibles que je trouve à ces logiciels ne viennent que de ma façon d’utiliser ces softs, je ne doute pas que d’autres personnes plus douées fassent mieux, ce n’est donc pas une critique en soi des ces programmes ; ceci étant dit, je poursuis mon propos.

J’utilise donc 3 logiciels : Capture One (C1), ART et Darktable (DT). En fonction des caractéristiques “techniques” de mes photos j’utilise en premier, pour le dématriçage soit Capture One soit ART, ensuite je finalise et exporte toujours ma photo avec Darktable selon une technique simple :

Export primaire depuis C1 ou ART du RAW traité avec une sortie en TIFF non compressé vers DT, puis export final en JPG ou PNG.

Je dérawtise avec Capture One pour ce type de photo :

  1. Photo avec plage dynamique trop élevée : (hautes lumières cramées et ombre bouchées) : Je récupères mieux les HL cramées avec C1. j’arrive à un résultat un peu moins bon avec ART, pour DT ce n’est pas concluant chez moi dès qu’il y a beaucoup d’informations à récupérer.

  2. Photo à partir de 800 ISO: Je trouve le débruitage plus simple et performant. ART (comme Rawtherapee d’ailleurs) a tendance à générer par défaut du bruit, et pour DT il faut y passer beaucoup de temps pour un résultat pas meilleur que C1.

Je dérawtise avec ART pour ce type de photo :

  1. Photo avec plage dynamique équilibrée: Donc les photos les plus réussies niveau exposition selon moi, je préfère le rendu de ART en terme de couleurs et de texture plus douce tout en conservant du piqué. Le module “déconvolution RL” est une tuerie qui donne un rendu aussi bon que C1 qui est pourtant réputé pour la netteté de son rendu général. J’ai dû juste changer ces 2 profils par défaut d’ART (ProPhoto) et la courbe tonale (Film) qui me donnaient une colorimétrie étrange sur les RAW de chez Nikon, un ciel tirant le violet/mauve et des déviations dans les verts. je suis passé en courbe “standard” et profil “sRGB” et le rendu est très bon ; je pense que cela vient de la marque du capteur photo.

Autre point étonnant en faveur de ART, un logiciel libre, un traitement des portraits qui rivalise avec C1 (plus de 300€ pour sa version complète), quand même !) qui est pourtant très réputé chez les portraitistes grâce à ses fonctions spéciales “ton chair”. j’apprécie beaucoup le rendu de la peau chez ART !

Je termine toujours avec Darktable car je l’apprécie énormément pour les retouches finales : masques locaux très évolués, corrections de taches, gestion des tons moyens, correction des perspectives très bonne.

Voilà, c’était long mais j’ai voulu que ce soit assez complet ; au plaisir de lire vos retours !

J’aimerais savoir quelle version de dartable tu utilises pour arriver à ces conclusions ? Ne connaissant pas Capture One, je ne pourrais pas donné mon avis.

Bonjour jpg54, la dernière stable : 3.2.1.

Pour Capture one, c’est pas dispo pour Linux, seulement Windows et Mac, c’est bien dommage, c’est d’ailleurs le seul parmi les logiciels utilisés par les professionnels qui est aussi un fabricant d’APN, des moyen format (sous la marque PhaseOne, qui coûte un bras d’ailleurs, tout comme C1 qui est le plus cher des logiciels je crois mais il existe 3 versions gratuites où il manques certaines fonctionnalités, Capture One Express for Nikon, Sony et Fujifilm).

Pour traiter du Canon, il faut la version payante je crois.

Je ne suis pas là pour faire la promotion de darktable donc je fais parti de l’équipe qui gère le site.
Je ne pense pas que c’est le lieu pour faire des comparaisons entre les 3 logiciels mais comme c’est toi qui ouvre la discussion, je suis prêt à faire des comparaisons.
Pour la comparaison de darktable et ART, je pense qu’ils ont chacun leurs avantages et leurs faiblesses et tout dépend comment on les accepte ou les rejette.
Je les accepte et je m’adapte au logiciel et je ne cherche pas l’inverse.

Je comprends ton point de vue jpg54, je suis également inscrit sur le forum de DT et je sais que tu es un membre très actif.

Le but de ce sujet n’était de faire une comparaison entre ces 3 softs mais de dire comment je les utilise. je les utilise tous les 3 donc je les apprécie tous. C’est juste qu’il est cohérent de savoir qu’un logiciel a ses points forts et que les autres en ont aussi. Par analogie je dirais que la voiture la plus confortable ; une limousine par exemple, ne sera pas celle qui a les meilleures performances sportives.

C’est justement pour connaître vos avis sur ces différents points forts que vous appréciez que j’ai ouvert ce fil.

Je suis tout à fait d’accord, D’ailleurs, j’utilise DxO PhotoLab notamment pour comparer le traitement du bruit avec celui de darktable. Je considère que DxO PhotoLab est le meilleur débruiteur.
Je trouve que dt en est très proche. Par contre le traitement local par UPoint de DxO j’ai du mal avec bien qu’il soit beaucoup plus souple que celui de RawTherapee.

Oui, je n’ai pas trouvé mieux que DXO pour le débruitage en fonction “Prime”. Mais comme je préfère de dématriçage d’ART et de C1, je l’ai abandonné, et puis avec les 3 que j’utilise c’est bien assez pour moi :smile:

Voilà un sujet bien interressant qui mérite qu’on l’aborde avec pragmatisme et absence de toutes passions… :wink:

Je ne m’exprimerais par sur Capture one (qui a très bonne réputation) car vous le savez tous, je suis un linuxien exclusif. Il faudra donc distinguer les utilisateurs “ouverts” et ceux “condamnés” à n’utiliser que de l’opensource.

Au cours de ces années d’exploration, je me suis rendu compte d’une chose. Lorsque l’on est “privé” d’un choix logiciel plus large, on est bien obligé de composer avec ce que l’on a. Du coup, le rapport à l’approfondissement d’un logiciel est complètement différent et celà oblige à trouver des solutions “coute que coute” puisqu’impossibles à pomper dans un soft proprio. Je me suis rendu compte que finalement, il y a peu de choses que l’on ne puisse faire avec un rt ou un ART qu’on ne ferait avec un dt. Hormis des modules très exclusifs comme “Liquefier” par exemple, on trouve des solutions à tout. Encore faut il que l’on y soit plus ou moins "contraint et c’est en celà que c’est amusant. Par exemple, pour la gestion du bruit, les possibilités des outils de ART sont plutôt incroyables mais peu conventionnelles.

Trouver des solutions “out of the box” comparativement à des logiciels commerciaux qui facilitent énormément les process enrichit les perspectives de retouches. Une fois que l’on a trouvé ses marques, on fini par composer sa propre méthode avec pour avantages immédiats:

1- Une méthode presque forcément faite pour nous car PAR nous
2- Des possibilités de “dépassement” des options que l’on nous sert

Car si les logiciels opensource un peu anticonformistes sont moins sexy de prime abord, ils présentent l’avantage de pouvoir aller plus loin.

Je précise quand même ma capacité à admettre que certains puissent être tout ou partie meilleurs que d’autres mais souvent, les limitations les plus importantes sont dans l’action de l’utilisateur. Après, ART par exemple n’a pas de fonctions de CATALOGAGE et ça c’est indéniable. Vous aurez compris que mon propos ne s’inscrivait pas dans ce genre de différences évidentes

1 « J'aime »

Intéressant ce post à 1000 lieux du stérile combat de rue entre soft. J’étais comme toi Jano à naviguer entre ces 3 soft, mais pas de manière aussi poussée que toi puisque tu as su leur donner des fonctions précises.
Pour moi qui suis “fujiste”, la version ce c1dédiée avait l’avantage de présenter les simulations fuji. Mais au final j’en reviens toujours au monde du libre et pas simplement par philosophie : Art et Darktable sont des logiciels extraordinaires et finalement j’opte désormais pour Art, et je vais essayer de me montrer plus exclusif car pour en tirer profit il faut le bosser. Pour moi l’utilisation des 3 logiciels en même temps m’amenait à les survoler sans entrer véritablement dedans.
Et puis grâce à carafife en particulier et à tous les contributes du forum, il y a moyen d’apprendre vraiment. Le dernier tuto de Carafife m’a permis de me rendre compte qu’on pouvait mettre en place tout un écosystème autour de Art, et de le rendre vraiment complet.

1 « J'aime »

Bonjour,
Je ne me verrais pas acheter tous les logiciels payants uniquement pour les essayer, même si il possède tous des versions d’essais, je ne “travail” pas assez vite pour apprendre leurs fonctionnalités en 30 jours. Il y a donc un gros avantage à utiliser les logiciels Open-sources (libres), c’est qu’ils sont gratuit, donc si je ne les utilise pas pendant plusieurs mois, c’est seulement mon apprentissage qui en pâtira, pas mon compte en banque. :wink:
Cordialement.

1 « J'aime »

L’open-source est certes un avantage, mais la gratuité est souvent un inconvénient…
ART n’a qu’un seul développeur je crois, et beaucoup de logiciels pâtissent d’un manque de fond pour travailler, une participation aux frais de dev les aide bien souvent.

J’ai utilisé quelques années Lightroom, mais leurs nouveau système de mises à jour m’a orienté vers le monde du libre, j’utilise tous ces logiciels dans un cadre “amateur-retraité”.

PS: Je n’ai pas pu répondre tout de suite, j’ai été bloqué 4 heures, mais c’est réglé. :sob:

1 « J'aime »

Si c’est un problème d’argent, on peut toujours créer une cagnotte pour Alberto !
:joy::wink:

1 « J'aime »

On se rejoint ! :wink: Si bien sûr les trois logiciels n’ont pas trop “d’écart” en résultats ou des fonctions différentes

Exact! Si l’on est prêt à utiliser plusieurs logiciels, on peut (doit) se servir de ces fonctionnalités pour aller chercher les fonctions qui manquent ou que d’autres font mieux (filigrane par exemple)

Maintenant c’est sûr que certains logiciels ont des fonctions particulières qui suffisent à le garder dans le panel et ça c’est parfois dur de s’en passer. je ne connais pas capture one mais ce qui en est dit est plutôt flatteur